Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers pour offrir nos services et collecter des données statistiques. Votre accord est nécessaire pour poursuivre la navigation. Plus d'informations

Accepter
Convention européenne sur la blockchain

Convention européenne sur la blockchain

Convention européenne sur la blockchain

Nous étions présents à l'European Blockchain Convention qui s'est déroulée les 21 et 22 septembre avec Stéphane Rodicq, expert BI et Blockchain.

Voici la chronique de notre collègue:

J'ai eu le plaisir d'assister à l'édition de septembre de la convention 2020 sur la blockchain, mais cette fois, l'événement s'est déroulé en ligne pour des raisons évidentes.

 

 

 

Malgré le triste état actuel de la pandémie, l'événement s'est rapidement adapté et s'est déroulé en ligne ; il a réuni sur une même scène des organismes de réglementation, des sociétés d'innovation et des entrepreneurs afin de promouvoir le dialogue sur la prochaine série de réglementations et sur l'orientation des innovations.



Pour toutes les personnes concernées, il s'agit clairement de l'endroit idéal pour comparer des cas de figure avec des homologues et dialoguer dans des salles virtuelles avec les principaux experts de l'espace DLT.

 

Cette édition, la 2ème cette année, s'étale sur deux jours avec 12 heures de discussion par jour !

Les sujets abordés sont les suivants :

 

JOUR 1

-Transformation de l'identité numérique en identité souveraine

-Apport d'une identité souveraine aux certificats et diplômes d'enseignement

-L'état actuel des monnaies numériques des banques centrales

-L'avenir des paiements en Europe

-Solutions blockchain pour les services financiers

-Le rôle de la blockchain dans les paiements transfrontaliers

-La blockchain sauvera-t-elle le secteur de la propriété intellectuelle ou le détruira-t-elle ?

-Défis restants de la blockchain et solutions possibles

-La Blockchain pour améliorer les essais cliniques

-Faciliter le commerce international grâce à la technologie de la blockchain

-Blockchain : réglementation et droit en 2020

JOUR 2

-Comment la blockchain modifie les chaînes d'approvisionnement pharmaceutiques

-Comment la blockchain crée de meilleurs services publics

-Villes intelligentes, mobilité intelligente : la vitrine de demain

-Explorer les avantages de la finance décentralisée (DeFi)

-Construire des écosystèmes de blockchain en Catalogne

-La Blockchain et l'avenir des actifs numériques

-L'utilisation des actifs numériques dans les écosystèmes blockchain

-Faire décoller la blockchain

-Tracking and tracing dans l'industrie alimentaire : de la provenance à la lutte contre la fraude

-Le rôle des consortiums blockchain

-L'importance des normes DLT / Blockchain

-La technologie blockchain dans le secteur de l'énergie : défis et opportunités.

-Gouvernance dans les écosystèmes décentralisés

-Web3 : l'Internet nouvelle génération

-Création d'applications Blockchain dans un contexte d'impact social



Il y avait trop de contenu pour le résumer dans ce blog, mais voici quelques observations pour vous donner une idée de certains des débats abordés.

 

La première moitié de la première journée nous a permis de nous familiariser avec le concept et l'évolution de l'identité autonome (SSI), qui vise à donner aux gens les moyens d'agir sur leur identité unique et les données qui y sont associées. Il est donc entendu que le chemin à parcourir est encore long avant que chacun d'entre nous ait le contrôle total de ses données et de la manière dont elles sont partagées, de ce qui est partagé et avec qui.

 

Il est clair que les modèles traditionnels de gestion centralisée de l'identité ne sont pas toujours en phase ou en conformité avec la loi lorsque nous traversons les frontières, ouvrant ainsi la porte à un nouveau modèle grâce au concept de SSI. Si la technologie du registre distribué (blockchain ou DLT) n'est pas nécessairement obligatoire en tant que solution technologique, elle répond à la grande majorité des exigences.

 

Il est évident qu'un tel modèle transparent et sécurisé serait bénéfique pour l'identité transfrontalière et contribuerait à lutter contre la fraude à l'identité. (#interpol)

Ce concept nous amène à la question cruciale suivante, l'interopérabilité : pour garantir la compréhension des technologies, il faut une sorte d'accord international concernant les protocoles de développement des logiciels.

 

En écoutant la conférence sur les services financiers, certains points importants ont été soulevés. La plupart des intervenants ont tenu à promouvoir le financement du commerce en tant qu'acteur clé des nouveaux développements dans ce domaine.

 

Scott King (ING) a parlé de deux projets pilotes, à savoir MARCO POLO et CONGO, ce dernier étant déjà en production ; il vise à numériser les processus de financement du commerce des matières premières, tels que les documents relatifs aux "lettres d'indemnisation" et aux "lettres de crédit".

 

Cependant, Nadia Filali (Groupe Caisse des Dépôts) a confirmé que son équipe concentrait son travail sur les investissements et non sur le trading, avec des clients comme la BNP, la Société Générale, le Crédit Agricole qui se sont lancés avec Liquidshare.io dans le but de développer une infrastructure pour les PME.

 

 

C'est là qu'intervient DAML, le langage de programmation DLT universel sur les plateformes qui, selon Dean Demellweek (BNP PARIBAS), restera une référence pour la prochaine décennie.

 

Scott King (ING) n'était pas aussi optimiste et a prédit une nouvelle orientation technologique dans 2 ou 3 ans !

 

Bien sûr, il y en a d'autres comme CORDA, une autre plateforme blockchain open source pour les entreprises, donc il reste à voir à quel point elles deviennent hétérogènes et, si c'est le cas, comment elles travaillent ensemble ; en particulier lorsque de grands acteurs comme AT&T entrent dans l'arène.

 

Il est vrai que les lois internationales actuelles ne s'adaptent pas aussi rapidement que les technologies susmentionnées et que les réglementations mondiales ne sont pas encore définies, du moins PAS du point de vue de l'UE.

 

Cependant, il existe des organisations telles que l'ISDA (International Swaps and Derivatives Association) qui travaillent sans relâche à la normalisation afin d'améliorer le marché des produits dérivés négociés sur le marché privé.


La France offre de nouvelles possibilités avec la " LOI PACTE ", qui est une loi de Finances votée en 2019, qui vise à remettre les petites et moyennes entreprises au centre de l'activité économique et de la société française, mais surtout à développer des mécanismes. permettant aux entreprises de partager la croissance avec leurs salariés ! Ça a l'air génial, pour quand en Espagne ?

 

Il existe un concept similaire au Royaume-Uni, connu sous le nom d'ESO (actionnariat salarié), bien que cela me fasse davantage penser à un stratagème qu'à un effort de la part d'un gouvernement pour responsabiliser ses citoyens.

 

Un autre orateur, que j'ai trouvé très pertinent, était David Creer (GFT) ; il a parlé des avantages de la blockchain publique, mais nous a rappelé à tous que la DLT, en elle-même, est aussi peu sûre que les protocoles de transaction conventionnels et qu'elle nécessiterait donc de la cryptographie pour sécuriser les transactions privées ; confirmant ainsi que le principal avantage de l'utilisation de la DLT par rapport à la technologie de comptabilité centralisée est la CONFIANCE ....

 

David a également mis en avant les avantages des plateformes open source telles que DAML, avec laquelle GFT est un partenaire stratégique depuis trois ans, afin de garantir l'interopérabilité.

Les opportunités de services aux entreprises suivantes ont été mises en évidence :

-Tokénisation des actifs

-Couche de paiement

-Monnaies stables / argent intelligent

-IOT

-Collaboration

 

D'autres intervenants étaient également présents avec des points tout aussi valables, mais pour couvrir le terrain, passons à la session suivante ; le rôle de Blockchain dans les paiements transfrontaliers :

 

Julio Faura (ADHARA) a fourni des informations intéressantes sur les paiements transfrontaliers selon lesquelles 90% de l'argent des banques adhère aux grands livres de comptes, mais au niveau international, il n'existe actuellement aucune vérité unique entre les banques et cela n'est pas possible étant donné les multiples protocoles impliqués.

 

Il a souligné que, dans un premier temps, nous pourrions numériser une partie de la monnaie bancaire dans des contrats intelligents en utilisant un modèle de sécurité, une opération qui appartient à la "couche de règlement". Comme nous l'avons mentionné, il n'existe actuellement pas de vérité unique et il convient donc de se concentrer sur la "couche de paiement". En outre, de nombreuses astuces pourraient être tirées du "couplage" actuel appliqué dans les LDT (Leveraged Derivative Transaction).

 

Dante Disparte (LIBRA, alias la crypto-monnaie de Facebook) a évoqué les défis que représentent les paiements transfrontaliers et a énuméré certains des avantages évidents d'une transaction de plus de 700 milliards de dollars par an :

-Aucune restriction des heures d'ouverture (ou des jours fériés) dans le monde entier.

-Élimine les risques de friction et augmente ainsi la rapidité des transactions.

-Rééquilibrer les inégalités financières qui existent actuellement, c'est-à-dire que les personnes qui ont moins de moyens paient davantage pour les services financiers.

-Libra, un moyen de transformer votre PC domestique standard ou votre appareil mobile en guichet automatique réglementé (bien sûr, il est logique que si l'argent est converti en données, alors vous n'avez plus besoin d'un distributeur de papier, un outil très puissant).

-Éliminer le bruit (je suppose que vous voulez dire les acteurs tiers qui prennent leur part) des transactions internationales.

-Le projet Libra est une source ouverte et collaborative.

-L'accessibilité aux transactions car 1,7 milliard de personnes n'ont pas accès à la banque, mais 1 milliard d'entre elles ont accès à l'internet !

 

 

Pour faire court, notre système de paiement actuel est resté bloqué dans les années 1950, alors que le support informatique se situe au 21e siècle.

 

Un autre point crucial a été mentionné concernant la nécessité de collaborer à l'élaboration de la réglementation et de ne pas faire ce que nous avons fait jusqu'à présent, à savoir suivre la voie de la moindre résistance, évitant ainsi les conflits potentiels mais créant en même temps des problèmes juridiques avec les transactions transfrontalières, comme ce serait le cas avec les États membres de l'UE qui mettent actuellement en œuvre un cadre réglementaire. Rester à l'écart de ces discussions pourrait être préjudiciable à toute classe d'actifs en monnaie stable.

 

Robert Wiecko (DASH) nous a donné un autre angle de réflexion et a suggéré que sa priorité était moins de réglementation et plus de conformité où l'expérience de l'utilisateur était essentielle.

 

Veneçuela a été utilisé comme un exemple dans lequel la grande population s'est fortement appuyée sur les cryptomonnaies pour continuer à échanger des biens et des services malgré la sanction de l'État, bloquant ainsi les services transactionnels classiques.

 

Bo Svensson (Observatoire et Forum Blockchain de l'UE) a également apporté sa contribution en avançant que la DLT avait le potentiel de devenir le protocole Internet de nouvelle génération qui remplacera le WWW tel que nous le connaissons. Fonctions clés, notamment TRUST, TRANSFERT et LIQUIDATION au niveau du protocole.

 

Les trois super cas d'utilisation sont l'IDENTITÉ, le TRANSFERT DE RESSOURCES (chaîne d'approvisionnement) et le PAIEMENT. (Ce sont les 3 principaux cas d'utilisation récurrents de la blockchain).
Cet obstacle technologique aurait la capacité d'allouer les ressources d'une échelle mondiale à une échelle individuelle.

 

Jón Egilsson (MONERIUM), intervient un instant pour consolider le fait que la blockchain supprime de l'équation l'"intermédiaire de confiance" qui, avouons-le, est le seul coût associé à votre transaction.

 

Si l'on regarde les choses sous un autre angle, votre argent liquide déposé auprès d'une banque est en fait un actif que vous prêtez à la banque ; la banque vous est redevable, mais, ironiquement, vous ne lui facturez rien, alors qu'au moment où vous lui êtes redevable, la même règle ne s'applique pas (je suis de plus en plus en colère en écrivant cet article, j'en sais maintenant trop pour ma propre santé mentale !)

 

Pour résumer, la facilité de réaffecter les ressources de manière transparente et rapide pourrait être le prochain outil politique le plus important à frapper l'humanité dans les années à venir.

 

Julio rétorque en expliquant que, typiquement, les transferts vont d'une banque à la banque destinataire en passant par une banque centrale, et ce par le biais d'un CDBC (monnaie électronique) de détail. Par opposition à un CDBC de gros, qui est essentiellement un compte qui réside déjà à la banque centrale.

 

Il soutient ensuite que nous devrions peut-être nous efforcer de rendre le système actuel plus efficace plutôt que de le remplacer (personnellement, je ne vois pas en quoi cela supprime les intermédiaires, mais bon ; même si, pour être juste, Julio souligne qu'il n'est pas totalement opposé à une refonte complète).

 

Le principal problème pourrait être dû au fait que les banques empruntent auprès d'autres organismes plutôt qu'auprès des banques centrales, mais Robert n'est pas d'accord, suggérant que cela ne résoudra pas le grand problème des banques centrales qui créent des actifs à partir de rien.

 

Ceci conclut notre petit échantillon du contenu de la première journée. Faites-moi savoir si vous en voulez plus et j'essaierai de trouver le temps de fournir plus d'informations sur l'événement.

Actualités connexes

06-07-2021

Nous étions dans le Advanced Factories Barcelona 2021

30-06-2021

Tour de table de 500 000 € de Watchity

21-06-2021

Sprint REVIEW, le mauvais appelez DEMO, ce grand inconnu

03-06-2021

Cinquième édition des Usines Avancées

02-06-2021

AGILE Technological Coffee Event : Estimer ou PAS estimer, qu'en est-il du budget ?

03-05-2021